Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Balades Cosmiques

comics

The Sandman - épisode 1 : la critique

5 Août 2022, 00:00am

Publié par Norrin Radd

The Sandman - épisode 1 : la critique

     Créé en 1989 par le légendaire Neil Gaiman, le comic-book (pardon : graphic novel, c'est plus chic) Sandman s'est fait attendre avant de débarquer dans l'Hexagone. La France le découvrit en 1997 grâce aux éditions Le Téméraire, qui publièrent également Preacher et d'autres pépites de la collection Vertigo, avant de connaitre un dépôt de bilan précipité. Le bon côté des choses, c'est que dans les années suivantes, les grandes surfaces proposèrent régulièrement les albums de l'éditeur dans des bacs à soldes.

     Et donc, grâce à l'avancée des technologies numériques et l'acquisition des droits par Netflix, et peut-être aussi la maturité d'un public en demande de programmes plus sombres et adultes, nous avons enfin droit à une adaptation en live de cette perle poético-dark.

     The Sandman n'étant pas forcément le comic-book le plus facile d’accès, ce premier épisode (écrit par Gaiman himself) prend quelques libertés avec le matériau d'origine. Dream, et son royaume, nous sont présentés dès l'introduction, et le Sandman fait office de narrateur. On n'y perd donc un peu au niveau du mystère, le comic-book démarrant directement sur la scène d'invocation, sans que l'on ne sache rien de Dream, qui reste silencieux. Cependant, sa captivité est traitée avec soin, développée sur la longueur (soit tout le premier épisode), et la série évite ainsi le piège consistant à évacuer rapidement son introduction pour embrayer sur l'intrigue principale : la recherche des trois artefacts de Dream. Notons au passage l’excellent choix de casting, Tom Sturridge parvenant à imposer la présence de son personnage - une divinité, rien que ça - en étant totalement nu, et sans dire un mot.

     Difficile de faire abstraction sur un point, assez redondant. Série Netflix oblige, des personnages changent de couleur sans raison cohérente (Death est initialement une jeune femme à la peau crayeuse), cela dit sans remettre en cause la qualité de leurs interprètes. En outre, un couple homosexuel non présent dans le graphic novel fait son apparition, sans aucune justification, comme si le passage de toute oeuvre à la moulinette idéologique Netflix était désormais un passage obligé, ce qui ne manquera pas d'agacer (encore une fois).

     Bref, le ton si particulier de Sandman est au rendez-vous, et c'est le principal. Une atmosphère étrange, onirique, une inquiétante étrangeté qui lui confère un cachet bien particulier. Sans doute était-il nécessaire d'attendre l'alignement des astres, à commencer par un casting de choix et des effets spéciaux léchés. La suite réserve dans doute des surprises, étant donné l’impossibilité d'adapter tel quel des passages du graphic novel (intervention de John Constantine, descente aux enfers...).

Voir les commentaires

She-Hulk- Attorney at Law : le trailer (2)

24 Juillet 2022, 03:00am

Publié par Norrin Radd

She-Hulk- Attorney at Law : le trailer (2)

Voir les commentaires

The Sandman : le trailer (3)

24 Juillet 2022, 02:00am

Publié par Norrin Radd

The Sandman : le trailer (3)

Voir les commentaires

Warhammer 40.000 - Sœurs de Bataille

8 Juillet 2022, 01:00am

Publié par Norrin Radd

Warhammer 40.000 - Sœurs de Bataille

     Fans de Warhammer 40.000, version space opéra du jeu de figurines Warhammer Fantasy Battle, vous connaissez sans doute les Sœurs de Bataille. Ces espèces de nonnes guerrières, Jeanne d'Arc futuristes dévouées à l'Empereur, ont déjà fait l'objet d'adaptations en comics. Vous trouverez ma critique de Daemonifuge sur nooSFeere BD, pour vous faire une idée.

     L'album proposé par Panini contient des épisodes très récents de 2021, là où Daemonifuge datait de 2003. Ca sort dans deux jours, je ne sais donc pas ce que ça vaut, mais je peux en revanche vous livrer le résumé :

Une escouade de l’Adepta Sororitas, menée par la Chanoinesse Veridyan, arrive sur la planète Scicia pour retrouver un Acolyte inquisitorial perdu et mater un soulèvement hérétique. Ainsi commence la première mission de la Novice Ghita avec son Ordre.

     Ca coûte 18€ pour 120 pages.

Voir les commentaires

Omnibus - Miss Hulk par John Byrne

30 Juin 2022, 00:00am

Publié par Norrin Radd

Omnibus - Miss Hulk par John Byrne

     Ce gros pavé de 672 pages contient tout le travail de John Byrne (X-Men, Division Alpha...) sur Miss Hulk de 1988 à 1989. Des épisodes funs et sexys, remplis de "méta" bien avant Deadpool (la miss s'adresse souvent directement au lecteur en brisant le quatrième mur), pour certains publiés dans les pages des revues Nova et Spécial Strange Origines. Du matériel plutôt rare, donc. Il faut dire que le personnage n'est pas extrêmement populaire, et que l'arrivée d'une série Marvel dédiée sur Disney+ la remet sur le devant de la scène.

     Un prix de 70€ le réserve toutefois aux nostalgiques hardcore de l'avocate verte (couleur naturelle des avocats, ah ah...).

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>