Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Balades Cosmiques

Articles avec #erotisme

Blandice N°1

11 Février 2017, 01:00am

Publié par Norrin Radd

Blandice N°1

Premier numéro du magazine des éditions coquines Tabou, que vous pouvez retrouver chaque année sur leur grand stand du FIBD d'Angoulême, Blandice regroupe quelques BD courtes relativement soft dont plusieurs prépublications des albums de l'éditeur.

On saluera l'initiative de cet éditeur audacieux, d'autant qu'après l'avoir feuilleté le niveau graphique est plutôt correct. Ca coûte 6,50€.

Voir les commentaires

Le Déclic de Manara en kiosque

10 Mars 2016, 02:00am

Publié par Norrin Radd

Le Déclic de Manara en kiosque

Réservée à un public adulte, il va sans dire, la bande dessinée culte de Manara est proposée par Hachette en kiosque au prix imbattable de 3,99 € pour entamer une collection dédié à la BD érotique (et pas uniquement à Manara).

Tous les détails sur le site de l'éditeur.

Le Déclic de Manara en kiosque

Voir les commentaires

Fées & Amazones

30 Mai 2015, 00:00am

Publié par Norrin Radd

Fées & Amazones

Fées & Amazones

  • Type : recueil d'illustrations
  • Genre : fantastique
  • Dessin : Olivier LEDROIT
  • Éditeur : Glénat
  • Collection : Hors Collection
  • Date de parution : 03/06/2015
  • Format : cartonné avec jaquette / couleurs
  • Dimensions : 240 X 320 mm
  • Nombre de pages : 128
  • Prix : 29,50 €
  • ISBN : 9782344007617

Résumé éditeur

Une ode au beau sexe, par le flamboyant dessinateur de Wika

Connu pour son talent à réaliser d’incroyables planches épiques fourmillant de détails, Olivier Ledroit sait aussi se montrer délicat pour évoquer le corps et la sensualité. Il nous le montre ici de la plus belle des manières ! Pour le plaisir des yeux : fées, geishas, démones, et autres sorcières se succèdent, toutes plus somptueuses les unes que les autres, le tout avec ce soupçon de steampunk si cher au dessinateur de Wika.

Variant les techniques, en couleur ou en noir et blanc, sans jamais basculer dans la pornographie, cet auteur à nul autre pareil met à l’honneur le beau sexe dans un splendide recueil d’illustrations, sobrement intitulé Fées et Amazones.

Exposition-vente à la Galérie Glénat (Paris) du 3 au 30 juin 2015.

Critique

Une "ode au beau sexe" comme l'annonce l'éditeur : Fées & Amazones peut se résumer entièrement dans cette formule. Après des pointures comme Manara ou Liberatore, Olivier Ledroit nous livre ainsi un recueil de magnifiques illustrations axé sur les femmes.

Popularisé par les Chroniques de la Lune Noire, Ledroit, l'un des dessinateurs français de "dernière génération" post Métal Hurlant à posséder un style totalement personnel (même s'il ne peut échapper à l'influence de ses pères, comme tout artiste ; par ailleurs Druillet assure la préface) se fait donc plaisir en dispensant ses visions d'une femme aux mille visages (désolé pour le cliché).

Alors forcément, c'est très beau. Chiadé, comme on dit. De toute beauté. Mais la critique d'un recueil de dessins est toujours chose difficile car l'objet est souvent d'une facture classique tout en présentant des illustrations très originales formellement. Ceci étant dit, pourquoi s'embarasser de scénarios parfois médiocres, seul alibi à l'étalage de superbes dessins ? (Je ne fais pas référence ici aux bandes dessinées sur lesquels Ledroit a officié, mais d'une façon générale à certains ouvrages francophones où les dessins sont plus intéressant que les intrigues et les personnages). Autant se contenter des seules illustrations, l'imaginaire assurant le reste.

Fées & Amazones

Voir les commentaires

Les Fleurs du Mal de Liberatore

27 Mai 2015, 02:00am

Publié par Norrin Radd

Les Fleurs du Mal de Liberatore

Le sulfureux dessinateur italien de Ranx Xerox a désormais gagné ses lettres de noblesse, un peu comme Manara, délaissant une image d'artiste post-punk des années quatre-vingt pour se voir confier aujourd'hui l’illustration des Fleurs du Mal de Baudelaire, rien de moins, le tout assorti d 'une exposition à la Galerie Glénat.

Changement d'univers ? Embourgeoisement ? Pas vraiment, si l'on met en perspective le fait que, avant d'être reconnu comme un auteur classique, Baudelaire bénéficiait à son époque de la même image sulfureuse avant d’être admis en tant qu'acteur majeur de son art. Exactement comme Liberatore.

On regrettera peut-être qu'il ait découvert la retouche d'image par ordinateur... qui se remarque beaucoup sur certains dessins, alors que ses crayonnés ou son travail aux feutres n'ont aucun besoin d'être "améliorés" numériquement.

Cet album de trente poèmes assortis des illustrations de Liberatore est disponible depuis le six mai (je ne l'ai pas eu entre les mains, d'où cette information actualité à la place d'une critique), et s'accompagne d'une exposition à la Galerie Glénat jusqu'à la fin du mois (je sais, je m'y prends un peu tard... Dépêchez-vous !).

Il va sans dire qu'il est destiné à un public averti.

Critique liée :

Interview Télérama

Illustrations © Glénat. Tous droits réservés.

Les Fleurs du Mal de LiberatoreLes Fleurs du Mal de Liberatore

Voir les commentaires