Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Balades Cosmiques

critiques

La Grande Épopée de Picsou T.5

23 Janvier 2015, 03:00am

Publié par Norrin Radd

La Grande Épopée de Picsou T.5

La Grande Épopée

de Picsou

Tome 5

Le Trésor de Crésus et Autres Histoires

  • Type : comics
  • Genre : jeunesse
  • Scénario : Don ROSA
  • Dessin : Don ROSA
  • Éditeur : Glénat
  • Collection : Intégrale
  • Date de parution : 14/01/2015
  • Date de première parution (vo et vf) : 1994
  • Format : souple/couleurs
  • Dimensions : 175 X 248 mm
  • Nombre de pages : 304
  • Prix : 29,50 €
  • ISBN : 978-2-344-00397-8

Résumé éditeur

L’œuvre culte de Don Rosa dans une superbe intégrale inédite !

Voici déjà le cinquième volume de la réédition des aventures cultes de l’oncle Picsou ! Longtemps réclamée à cor et à cri par les canardophiles, cette intégrale inédite, revue et corrigée par Don Rosa lui-même, a été accueillie unanimement puisqu’elle s’est déjà vendue à plus de 100 000 exemplaires !

Prévue en sept volumes et après le très beau succès des deux premiers consacrés à La Jeunesse de Picsou, elle reprend depuis le tome 3 l’ordre chronologique de parution des aventures du canard milliardaire créées par Don Rosa.

Critique

Comme le souligne l’éditeur, nous atteignons déjà le cinquième tome de la réédition en gros volume ( plus de 300 pages !) chez Glénat des meilleurs épisodes de Picsou par Don Rosa, en parallèle de la diffusion en kiosque des Trésors de Picsou chez Disney Hachette Presse, magazine au format moins luxueux mais moins douloureux pour le porte-monnaie. Inutile de préciser que cette édition-là s’adresse aux collectionneurs, quand la seconde est destinée à faire découvrir le canard écossais à une nouvelle génération.

Ce cinquième livre contient des épisodes relativement récents – si l’on compte les cinquante années d’existence du canard milliardaire – étalés entre 1994 et 1996 (initialement publiés en France dans Le Journal de Mickey). Comme d’habitude, l’ouvrage est gorgé de suppléments : couvertures originales, anecdotes concernant chaque histoire… Tout est traité avec le plus grand sérieux, ou plutôt devrais-je dire avec la plus grande rigueur, car le ton reste toujours léger et complice envers le lecteur nostalgique.

Après un hors-d’œuvre relatant la participation de Donald aux Jeux Olympiques d’Hiver (en fait une œuvre de commande de Lillehamer organisatrice des JO), nous enchaînons avec la suite, The Duck Who Never Was (1994) qui, curieusement, évoque fortement l’histoire de Superman Whatever Happened to the Man of Tomorrow ? d’Alan Moore (1986), bien que Don Rosa avoue s’être inspiré du film La Vie est Belle pour son intrigue (Donald redécouvre son environnement tel qu’il serait s’il n’y avait jamais existé). Mais peut-être Alan Moore s’est-il lui-même inspiré du film ?

On retiendra particulièrement cette histoire de Picsou essayant de retrouver la fortune perdue de Crésus, une aventure qui l’emmènera aux quatre coins du monde. Rebondissements, idées originales… Don Rosa est ici au sommet de son art (elle figure d’ailleurs en couverture de l’ouvrage).

Après le registre historique, la suite nous emmène vers la SF avec un hommage évident au Voyage au Centre de la Terre de Jules Verne, basée sur un postulat totalement délirant (Géo Trouvetou invente un liquide dissolvant tout ce qui est en contact avec lui).

Toujours situé dans l’hommage aux classiques de la SF, Un Problème de Taille se veut un clin d’œil à L’Homme qui Rétrécit quand Les Cartes Perdues de Christophe Colomb nous ramène aux aventures internationales en lien avec une relique historique. Sans énumérer toutes les autres histoires du recueil, on notera ainsi une alternance entre histoires de SF et recherches archéologiques.

Pour résumer, découvrir ou redécouvrir toutes ces péripéties débordantes d’imagination reste toujours un plaisir. Le Picsou de Don Rosa fait partie de ces œuvres qui réussissent l’exploit, à l’image du Petit Prince par exemple, d’être aussi bien appréciables par les plus jeunes que par les plus âgés.

Critiques liées

Illustrations © Glénat. Tous droits réservés.

La Grande Épopée de Picsou T.5

Voir les commentaires

Zorya la Noire T.1/3

23 Janvier 2015, 02:00am

Publié par Norrin Radd

Zorya la Noire T.1/3

Le Monde de L’Épée de Cristal

Tome 1/3

Zorya la Noire

  • Type : BD francophone
  • Genre : heroïc-fantasy
  • Scénario : Sylvia DOUYÉ
  • Dessin : Fabio LAI
  • Éditeur : Vents d’Ouest
  • Collection : Fantastique
  • Date de parution : 07/01/2015
  • Format : cartonné/couleurs
  • Dimensions : 240 X 320 mm
  • Nombre de pages : 56
  • Prix : 14,50 €
  • ISBN : 9782749307725

Résumé éditeur

Le spin-off tant attendu d’un classique de l’heroïc-fantasy !

Cela fait 200 ans que la Grande Nuit de Cristal a eu lieu. Celle où la douce et belle Zorya a basculé du côté du mal pour semer la terreur sur ceux qu’elle avait juré de protéger... Aujourd’hui, après deux siècles d'oppression, Zorya est en exil sur une mystérieuse île. Son absence se ressent étrangement jusque dans la nature. Le volcan s’éteint et certains êtres recouvrent les pouvoirs magiques qu’ils avaient perdus. Dès lors, la rébellion s’organise. Zorya doit revenir avant que le pouvoir ne soit renversé. Son amant doit la ramener. Mais comment sortir d’une île d’où il est dit qu’on ne revient jamais ?

Sylvia Douyé et Fabio Lai reprennent les rênes de la mythique série d’heroïc-fantasy de Goupil et Crisse : L’Épée de Cristal ! Dans cette nouvelle aventure plus sombre, mais toujours empreinte de magie et de sensualité, ils narrent le destin tourmenté de la belle Zorya, à présent passée du côté du mal, en compagnie de nombreux personnages de la série mère. Une épopée en trois volumes.

Critique

Pour être honnête, j’ignorais tout du cycle de L’Épée de Cristal avant la lecture de Zorya la Noire, spin-off à la saga. Le synopsis avait tout pour me plaire, avec l’histoire de cette impératrice maléfique emprisonnée reconnue coupable de mille crimes aux allures de dark fantasy.

Néanmoins, la déconstruction du récit aura vite fait de perdre le lecteur néophyte ignorant tout de cet univers. Difficile en effet de s’immerger dans une histoire qui refuse un schéma linéaire au profit d’une multiplication de lieux, personnages et flash-back embrouillant davantage le lecteur qu’ils ne l’aident à comprendre les enjeux, et à s’attacher aux personnages (censés être déjà connus du lecteur). Malheureusement, le dessin hésitant entre les codes de la fantasy et le style cartoonesque ne parvient pas à transcender l’histoire.

On regrettera donc que l’auteur n’ait pas délaissé ces incessants va-et-vient au profit d’une intrigue plus linéaire axé sur la personnalité d’une impératrice mauvaise et cruelle, qui aurait assurément donné lieu à un récit plus fort et original, cet archétype de personnage n’étant finalement pas si répandu...

Illustrations © Vents d'Ouest. Tous droits réservés.

Zorya la Noire T.1/3

Voir les commentaires

Alexandre – L’Épopée T.1

23 Janvier 2015, 01:00am

Publié par Norrin Radd

Alexandre – L’Épopée T.1

Alexandre - L’Épopée

Tome 1

Un Roi Vient de Mourir

  • Type : BD francophone
  • Genre : Histoire
  • Scénario : David CHAUVEL / Michaël LE GALLI
  • Dessin : Gildas JAVA
  • Éditeur : Glénat
  • Collection : Grafica
  • Date de parution : 21/05/2014
  • Format : cartonné/couleurs
  • Dimensions : 240 X 320 mm
  • Nombre de pages : 64
  • Prix : 14,95 €
  • ISBN : 9782723481236

Résumé éditeur

Un péplum épique et grandiose sur le plus grand des stratèges

Alors que le roi Philippe II de Macédoine vient de mourir, le jeune prince Alexandre s’apprête à lui succéder. Les vétérans Karanos et Méléagre, deux amis de longue date, assistent de loin au couronnement. Méléagre a pour charge de veiller sur Pyrrhus et Eurydice, les héritiers d’un héros de la bataille de Chéronée qui, bien qu’ils aient perdu leurs titres de noblesse, semblent avoir les faveurs d’Alexandre. Sans compter que de nombreux autres individus gravitent dans l’entourage du nouveau souverain : sa mère Olympias, son précepteur Aristote et son médecin Philippe… Entre assassinats, complots, jeux d’alliance divers, manipulations et stratégies guerrières, chacun va tenter de tirer son épingle du jeu en accompagnant celui qui fera de son petit royaume de Macédoine l’un des plus vastes empires que le monde ait connus.

Entre fiction et vérité historique, David Chauvel, Michael Le Galli et Gildas Java signent un péplum spectaculaire, passionnant et très documenté qui, à l’instar de la série télévisée Rome, nous décrit le destin d’une époque à travers le regard de ce grand conquérant et des nombreux personnages romanesques qui le côtoient.

L’album est en outre prolongé d’un cahier supplémentaire composé de croquis, recherches préparatoires, d’un lexique complet et d’une carte de référence.

Critique

Féru d’Histoire et de ses grands personnages, c’était plein d’espoir que j’entamais la lecture de cette BD consacrée à l’un de ses acteurs les plus fascinants, reconnu comme le plus habile stratège politique et militaire de tous les temps. Mais voilà, sur un sujet aussi passionnant que peut l’être le personnage d’Alexandre le Grand, Alexandre – L’Epopée tombe malheureusement dans l’écueil du genre (la BD historique) en noyant le lecteur sous les informations et les termes relatifs à l’époque antique, empêchant l’immersion immédiate du lecteur dès sa première page.

Avec une approche totalement différente mais dans un contexte proche, malgré ses approximations historiques et son angle d’attaque bigger than life, Frank Miller parvenait, avec 300, à relater un épisode de l’Antiquité en embarquant avec lui le lecteur balayé par un souffle épique présent dans chaque planche. Mais l’approche très académique d’Alexandre - L’Epopée, sa volonté de coller au mot près à la vérité historique nous rappelle que raconter une histoire pour raconter l’Histoire implique quelques « accommodements ».

Malgré le soin graphique et les détails apportés à la reconstitution de l’époque, difficile de suivre cette intrigue si vous n’êtes pas familier de la vie d’Alexandre et de ses nombreux imbroglios politiques, mais était-il nécessaire de les retracer via de longs dialogues entre les protagonistes ? Ce choix narratif, s’il est informatif et historiquement rigoureux, présente le risque de rendre indigeste le déroulement du récit tout en tuant la progression dramatique. Pour résumer : mieux vaut parfois perdre en rigueur historique pour gagner en divertissement. Ainsi, une série comme Rome parvenait parfaitement à restituer les événements historiques tout en demeurant accessible au néophyte, et récréatif. Je ne vous ferai pas l’affront de rappeler la célèbre citation d’Alexandre Dumas…

Illustrations © Glénat. Tous droits réservés.

Alexandre – L’Épopée T.1

Voir les commentaires

<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27